Lésions ligamentaires du genou

Les ruptures sont toujours traumatiques lors de torsion ou lors d’une hyper-extension du genou (chute à ski, sport de pivot comme le football…)
Ce ligament quand il est rompu donne une laxité à l’articulation du genou qui peut en fonction de vos activités physiques se traduire par une instabilité articulaire à l’origine de dérobements de votre genou.

Le patient tombe et ressent alors un craquement dans son genou avec une douleur intense mais souvent courte. Le genou est néanmoins instable.

Dans les heures qui suivent il faut noter un gonflement du genou en rapport avec un saignement intra-articulaire.

L'examen est plus facile à distance du traumatisme, lorsque les hématomes se sont résorbés et que le genou a récupéré toutes ses amplitudes articulaires.

Aujourd’hui le diagnostic est confirmé par une IRM qui permet en plus de visualiser des lésions méniscales ou ostéo-cartilagineuses associées.

Imagerie

Ligamentoplastie par technique DIDT

L’objectif de cette opération est de réaliser une reconstruction anatomique du ligament croisé antérieur, en utilisant une autogreffe (tendon du patient) sous contrôle arthroscopique, ce qui permet d'accéder au genou sans l'ouvrir et donc de respecter les tissus.

Cette technique permet une récupération plus rapide. Une courte incision permet de prélever les tendons ischio-jambiers de la cuisse  qui constitueront le nouveau ligament (droit interne / demi tendineux).

Le ligament est fixé dans un tunnel au fémur grâce à un bouton cortical passé dans la greffe (endo-button) et dans un autre au tibia par une vis résorbable.

Les lésions des ménisques sont traitées dans le même temps opératoire. Une suture méniscale est réalisée pour conserver autant que possible l’intégrité des ménisques.

En cas de lésion non réparable, la partie pathologique du ménisque est réséquée.

L'hospitalisation se fait généralement en ambulatoire. Un arrêt de travail de trois mois est prescrit.

Après la chirurgie...

Une rééducation en hôpital de jour est préconisée dans les suites d'une ligamentoplastie par DIDT. Un protocole de kinésithérapie précis est transmis au centre de rééducation.

 

L'hospitalisation de jour dure en moyenne un mois et demi, puis le patient continue sa rééducation en externe avec le kinésithérapeute libéral de son choix.

 

Des consultations chirurgicales de suivi post-opératoires sont programmées à échéances régulières (45 jours, trois, six et douze mois).

La reprise des activités sportives se fait de manière échelonnée (vélo à partir d'un mois en rééducation, course sur le plat à partir de quatre mois, sports de pivot à partir de neuf mois).

Docteur Grégoire BONJEAN - 173 rue Léon Blum 69100 VILLEURBANNE

Tél : 04 78 94 10 72 - Mail : dr.bonjean@gmail.com